L'aventurier Schuiteman: "Je n'ai pas vu douze ans de l'Eredivisie"

«Un instant, je vais juste terminer une application. Ensuite, nous pouvons commencer. Ce sont les propos de Bernard Schuiteman (1973), ancien défenseur du Bayer Leverkusen et Feyenoord, entre autres. Aujourd'hui, il parcourt l'Europe centrale à la recherche de talents pour Manchester United. Talents, il faisait partie de lui-même. Mais Schuiteman n'a jamais été découvert par les éclaireurs; Le joueur de Veluwse Boys, alors âgé de quinze ans, s'est porté à l'attention des clubs professionnels par courrier.

Une fois l'application terminée et l'accent est entièrement mis sur la conversation Skype qui réduit la distance entre l'Autriche et les Pays-Bas à l'épaisseur d'un écran, Schuiteman raconte l'histoire derrière la lettre envoyée. «J'ai joué pour Veluwse Boys, un petit club de Garderen. Mais personne n'est venu le voir alors que je jouais déjà dans la première équipe à l'âge de quinze ans. Je voulais vraiment devenir footballeur professionnel, alors j'avais envoyé cette lettre demandant: "Comment devenir footballeur professionnel?"

Schuiteman comme Feyenoorder.

Ce sont Vitesse, FC Twente et FC Zwolle qui ont répondu avec intérêt à la lettre. "Mon choix s'est porté sur le FC Twente. J'avais le meilleur sentiment à ce sujet. L'envoi de la lettre valut ainsi à Schuiteman une place dans l'académie des jeunes du peuple d'Enschede, mais aussi une sage leçon de vie: «Mon père disait toujours:« il faut parfois prendre des initiatives dans la vie. Vous ne pouvez pas vous asseoir et espérer que tout le monde vient à vous. Parfois, vous devez faire le premier pas vous-même ». Ce fut une sage leçon pour moi.

Ce Schuiteman en tant que jeune homme était déjà intelligent, ils l'ont également découvert plus tard au FC Twente. «J'ai joué au FC Twente pendant un mois et j'étais déjà à Orange -16. Après quoi, lors de ma deuxième année, Leverkusen s'est montré intéressé », se souvient le bouchon. «Je n'avais pas encore signé avec le FC Twente, mais j'avais déjà une offre dans ma poche. Mais parce que c'était avant le jugement Bosman, cela signifierait que j'étais enchaîné au club si je signais et je ne le voulais pas.

«À ce moment-là, mon père m'a aidé dans les négociations contractuelles et il a dit à Twente:" Ajoutez cent florins et nous signerons. " Eh bien, Twente ne voulait pas de ça, puis je suis allé parler à Leverkusen et je suis parti à l'été 1993. » Au Bayer Leverkusen, Schuiteman est devenu un coéquipier de nombreux noms renommés: Paulo Sergio, Ioan Lupescu, Ulf Kirsten et Andreas Thon. Mais un nom s'est démarqué: Bernd Schuster. Le meneur de jeu allemand a terminé à Leverkusen, après une brillante carrière qui l'a mené devant le FC Barcelone, le Real Madrid et l'Atlético Madrid, entre autres.  

«Un homme très sympathique et calme. Il m'a ouvert les yeux sur la vie professionnelle », dit Schuiteman, qui illustre sa déclaration par un exemple. «Schuster avait bien dans la trentaine, mais il était toujours le premier sur le terrain d'entraînement et le dernier à quitter le terrain. Formation sur les coups francs et des choses comme ça. Beau à voir. Schuiteman ne peut rien faire avec le fait que De Blonde Engel a été rejeté comme un enfant terrible. «Oui, il a donné son avis, mais ce n'était pas du tout difficile. Bernd était un homme de principes. Par exemple, il ne voulait pas de «déchets chimiques» dans son corps. Il n'aimait pas qu'une seringue récupère plus tôt. "Alors quelque chose comme ça ne prend qu'un peu plus de temps", c'est ce qu'il en a dit. Bernd était un homme très gentil.

Schuiteman est heureux de parler de son séjour en Allemagne. «Parce que j'y ai passé de très bonnes années. J'ai seulement eu le problème qu'à l'époque, la règle était qu'une équipe pouvait mettre en place un maximum de trois étrangers. Donc, en tant que jeune défenseur étranger, non seulement les autres défenseurs étaient mes concurrents, mais aussi les autres étrangers. Cela a empêché une percée en Allemagne, malgré la bonne relation entre Schuiteman et l'entraîneur Dragoslav Stepanović. «Stepi était un excellent entraîneur. Malgré mon jeune âge, il m'a donné du temps de jeu et n'a pas eu peur de faire venir de jeunes joueurs. J'ai toujours vraiment apprécié cela en lui. Schuiteman a disputé un total de sept matchs en Bundesliga pour Leverkusen, après quoi il a été vendu à Feyenoord pour environ 750000 euros en janvier 1995.

Schuiteman en action au nom de Feyenoord contre Tenerife.

«J'ai eu ma meilleure période à Rotterdam», semble-t-il joyeusement. «Je m'entendais très bien avec la Légion, qui a réalisé que je suis un garçon sensé qui donne parfois des coups de pied à quelqu'un. Cela a été apprécié. Et j'ai marqué contre l'Ajax, ça aide aussi », glousse Schuiteman, qui n'était pas toujours sûr de sa place à De Kuip, mais qui a longtemps formé un duo central avec Ronald Koeman.

«J'ai eu ma chance aux côtés de Koeman après que ça n'ait pas fonctionné avec Ulrich Van Gobbel. Le Ronald le plus lent à côté du rapide Ulrich était l'idée, mais cela n'a pas fonctionné et nous avons obtenu beaucoup de buts contre. Rien au détriment de Van Gobbel, d'ailleurs, car c'était un très bon joueur, mais plus pour le côté droit. Par la suite, Schuiteman a été autorisé à le montrer aux côtés de Koeman, mais il y avait aussi des doutes sur Schuiteman. «On a pensé:« Bernard n'est pas si rapide, Koeman non plus. Ce sera difficile. Mais nous avons eu un match ou huit, neuf hors. Nous nous sentions bien l'un dans l'autre et cela a également bien fonctionné d'un point de vue positionnel. Schuiteman a joué 82 matchs dans le rouge et blanc de Feyenoord, mais une percée définitive n'était pas à venir. «Mais je repense à cette époque avec grand plaisir. Feyenoord est mon cluppie avec le FC Twente. Chaque semaine, je consulte également rapidement Internet pour voir ce qu'ils ont fait. »

Cela amène rapidement la conversation au championnat des Rotterdammers. «Oui, ce championnat. Fantastique! », Se lève le défenseur. «Quand je regarde la défense actuelle, je peux surtout apprécier Erik Botteghin. Je peux me reconnaître en lui. Un défenseur robuste qui met l'élimination de son homme en premier. En regardant en arrière sur ma carrière, son cheminement de carrière aurait pu être bon pour moi. Via PEC et Groningen à Feyenoord. C'est une belle structure.

Retour sur la carrière de Bernard Schuiteman. Après une courte période de location au FC Utrecht, il part à l'étranger où il cherche et trouve l'aventure. «C'est comme ça que je suis organisé. J'aurais pu aussi choisir de jouer dans l'Eredivisie pendant douze ans, mais vous continuez à voir la même chose. Je ne voulais pas ça. Schuiteman a été le premier à se retrouver avec Grazer AK. «Ce club était sur le point d'exploser financièrement quand je suis arrivé, mais je ne le savais pas. Pour la première fois de ma carrière, les accords n'ont pas été respectés et les salaires n'ont pas été payés. Une période difficile, car j'ai dit au revoir tôt au club et donc passé quelques mois à la maison à regarder autour de moi.

Schuiteman se bat avec René Eijkelkamp.

Le Schuiteman sans transfert a été repris par FSV Mainz 05 au début de 2001, mais ce ne fut pas un grand succès.«Parce que je suis arrivé au milieu de la saison. Vous devez retrouver votre place et vous manquez le rythme de la compétition. Après de courtes périodes chez SpVgg Unterhaching et Apollon Limassol, Schuiteman s'est retrouvé à Leeuwarden en 2003, où il a retrouvé le plaisir du football.

«Cambuur, vraiment un club qui me convient», poursuit Schuiteman. «Qu'est-ce qui montre cela? Cambuur, tout comme Feyenoord, est un club avec des supporters fanatiques et beaucoup d'émotion. J'aime ça. J'ai également retrouvé ma stabilité à Cambuur et j'ai passé quelques bonnes années. Sa période à Leeuwarden a pris fin en 2006, lorsque Schuiteman est retourné en Autriche et s'est spécialisé dans le scoutisme.

«Le scoutisme est vraiment mon truc. Pour Manchester United, je garde un œil sur des pays comme la République tchèque, la Suisse, l'Autriche, la Slovénie et la Suisse. Je connais presque tous les clubs ici et j'apprécie vraiment mon rôle actuel », déclare Schuiteman avec enthousiasme, ajoutant ensuite:« Je ne retournerai donc pas aux Pays-Bas de si tôt. Peut-être seulement pour un poste de directeur technique. J'aspire toujours à un rôle comme celui-là, mais je suis au bon endroit ici en Autriche et je m'amuse vraiment.

Schuiteman a joué avec de nombreux joueurs de haut niveau au cours de sa carrière. Son équipe préférée d'anciens coéquipiers ressemble à ceci et comprend de nombreux anciens joueurs de Feyenoord, devenus champions nationaux en 1999. «En 1999, j'étais sous contrat avec Feyenoord, mais j'ai été transféré au FC Utrecht. Officiellement, je suis devenu champion des Pays-Bas, mais vous ne m'entendrez dire cela nulle part.

L'équipe de Bernard Schuiteman:


Les photos de cet article proviennent des archives de l'ANP.

Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *.

*
*
You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Translate »